Forum sur David James Elliott, sa vie, sa carrière

Le forum francophone sur David James Elliott
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Articles sur les avions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Articles sur les avions   Sam 11 Mar - 15:45

Le GRUMMAN F14A TOMCAT

Le F14 Tomcat a était construit par GRUMMAN AIRCRAFT ENGINEERING CORPORATION au USA.

Petite définition de Grumman Aircraft :

Créée en 1929 à Farmingdale, New York, fournisseur de la marine et des gardes côtes US. A construit différents avions militaires comme les FF1 et les SF1, biplans de chasse biplaces à train d’atterrissage rentrant, ainsi que le JF1 avion amphibie métallique, rebaptisé Duck. Production des Wildcat, Hellcat, Bearcat, Tigercat et des Avenger TBM pendant la 2ème Guerre Mondiale, ainsi que des avions amphibies Widgeon et Goose. Actuellement il produise les F14 Tomcat, E2 Hawkeye et A6 Intruder.

Définition du F14 :

Le F-14 Tomcat est l'un des plus célèbres chasseurs américains de la fin du XXème siècle, rendu populaire par de nombreux romans et films, dont le mémorable Top Gun.

Cet imposant biplace a été conçu à la fin des années 1960 pour la défense des flottes de porte-avions, le projet d'une version naval du F-111 Aardvark n'ayant pas donné de résultats satisfaisants. La voilure à flèche variable du Tomcat facilite le décollage et l'appontage, tout en permettant une grande vitesse de pointe pour les missions d'interception. L'un des principaux atouts de cet appareil réside dans son radar à longue portée: le F-14 peut engager un agresseur avant d'être lui-même repéré, grâce à un radar Hughes AWG-9 pouvant suivre 24 cibles et en attaquer 6 simultanément tout en continuant à balayer l'espace sur 3 dimensions.
Le F-14 est armé d'un canon Vulcan de 20 mm et peut emporter une charge offensive de 5900 kg, composée de missiles air-air de toutes les portées ainsi que de bombes lisses et guidées. L'arme air-air privilégiée du Tomcat est le remarquable missile AIM-54 Phoenix, d'une portée de 160 km. Même à l'époque de la Guerre Froide, peu de pays pouvaient se permettre d'acquérir ce chasseur très cher (env. 38 M$), bien que très performant. Le Tomcat fut donc seulement exporté à 80 exemplaires vers l'Iran, qui souhaitait stopper les fréquentes incursions soviétiques dans son espace aérien.

Trois principales versions ont été développées. Le F-14A est la première génération, équipée de moteurs Pratt & Whitney TF-30. Ceux-ci posèrent quelques problèmes et furent remplacés par des General Electric F110 sur les versions suivantes. Le F-14B était soit un F-14A remanufacturé soit un nouvel appareil. En plus de nouveaux propulseurs, certaines améliorations ont été apportées à son avionique. Enfin, à partir de 1990, la version D a vu le jour, avec un radar et une avionique entièrement nouveaux. Afin de remplacer les A-6 Intruder, une version d'attaque nommée Super Tomcat a également été étudiée, mais le programme a finalement été annulé au profit du F/A-18E/F Super Hornet. Les derniers F-14 devraient rester en service jusqu'en 2008 dans l'US Navy.

Un mauvais départ pour cet excellent appareil
Conçu à la fin des années soixante afin de participer à une compétition organisée par l'US Navy entre trois firmes concurrentes, le chasseur embarqué Grumman G-303 avait en définitif été retenu, en janvier 1969. 12 exemplaires de présérie étaient commandés. Mais le 30 décembre 1970, le premier appareil fut perdu à la suite d'une panne du système hydraulique. Ce mauvais départ ne devait pas empêcher le développement du prototype, qui, sous le nom de Tomcat allait devenir l'un des meilleurs avions de combat du monde.
Une maniabilité exceptionnelle
Grâce à ses ailes à géométrie variable et à ses déflecteurs, ainsi qu'à ses gouvernes supplémentaires, le Tomcat pouvait remarquablement adapter sa configuration de vol aux conditions du moment. Lorsqu'il entra en service dans l'US Navy, en octobre 1972, le F-14A s'imposa aussitôt comme un appareil exceptionnellement doué pour les opérations à partir d'un porte-avions, grâce à sa maniabilité et sa robustesse.
Une puissance de feu fulgurante
Chargé d'assurer la couverture à longue distance de la flotte américaine, le F-14 dispose d'un armement redoutable, selon qu'il opère dans des missions de pénétration à basse altitude, d'interdiction ou d'interception. L'US Navy en utilise actuellement plus d'une centaine d'exemplaires. L'appareil a été constamment amélioré et développé.
Conception

C'est un appareil à géométrie variable. (C’est-à-dire qu'il peut « replier » ses ailes pour limiter le frottement de l'air et gagner de la vitesse) Son 1er vol eu lieu le 21 décembre 1971, il entra en service en 1972 dans l'US Navy. L'appareil fut ensuite modernisé et remotorisé dans les modèles F-14B/D avec des turbines F100 remplaçant les TF-30 trop fragiles. 80 F-14A furent livré à l'Iran avant la révolution Islamique de 1979. Le dernier des 632 exemplaires de l'US Navy fut livré en 1992.

Engagement

Le F-14 Tomcat est très souvent utilisé sur les porte-avions. Le Tomcat est un avion qui est destiné au départ à l'US Navy. Il fut néanmoins vendu à l'Iran à 80 exemplaires qui l'utilisa en autre comme AWACS lors de la guerre Iran/Irak. Cet appareil est un chasseur embarqué. Il est capable d'emporter 6 missiles AIM-54C Phoenix. Aux mains d'un bon pilote c'est un adversaire redoutable. 4 victoires furent remportées par l'US Navy contre des chasseurs Lybiens dans 2 accrochages dans les années 80. Il est en cours de retrait rapide dans l'US Navy depuis 2004, mais l'armée de l'air Iranienne à modernisé une partie de sa flotte.


Fiche technique :

Version : F-14D Tomcat
Moteurs : 2 General Electric F110-GE-400
Puissance : 2x 12283 kgp en PC
Flèche variable : 20°-68°
Envergure : 19,55 m (ailes dépliées)
Longueur : 19,10 m
Hauteur au sol : 4,88 m
Surface alaire : 52,50 m²
Masse à vide : 18 950 kg
Masse maximale : 33 700 kg
Plafond pratique : 17 000 m
Dist. Franchissable : 1450 km
Vitesse maximale : Mach 2,4
Equipage : 1 pilote + 1 navigateur

Armement : 1 canon de 20 mm
Armement air-air : missiles AIM-7M Sparrow, missiles AIM-54C Phoenix, missiles AIM-9M Sidewinder
Armement air-sol : missiles AGM-88 HARM, missiles AIM-120 AMRAAM, bombes Mk 83 et Mk 84



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Articles sur le Stearman PT 17   Sam 11 Mar - 15:47

Pour vous faire plaisir a toute et tous voila l'article sur le Stearman PT 17 en esperant que vous l'apprecierez

STEARMAN PT17

Le PT17 STEARMAN a était construit par BOEING au USA

Définition de BOEING :

Crée en 1916 par William E. Boeing et George Conrad Westervelt. Elle est alors nommée « B&W » d'après les initiales de ses deux fondateurs. Peu après, son nom changea en « Pacific Aero Products », et une année plus tard, elle est rebaptisée « Boeing Airplane Company ».

En 1917, avec l'entrée en guerre des États-Unis, la Navy commanda 50 hydravions d'entraînement Model C, la première commande de Boeing.

En 1929, Boeing changea son nom en « United Aircraft and Transportation Corporation ». Mais, sous la pression d'une loi anti-trust interdisant aux constructeurs d'exploiter des lignes aériennes, ses créateurs vendent leurs participations et « United Aircraft and Transportation » est séparée en trois entités : United Airlines responsable du transport aérien, United Aircraft responsable de la fabrication dans l'Est du pays et Boeing Airplane Company responsable de la fabrication dans l'Ouest du pays.

En 1933, Boeing Airplane Company se lança dans l'étude et la construction d'un nouveau biplan d'entraînement, dérivé du Stearman Model C, plus ancien. Construit hors programme officiel, le prototype vola en décembre 1933 et, baptisé à l'origine Stearman X-70, fut présenté pour répondre à un programme de l'US Air Corps émis en 1934 et portant sur un nouvel avion d'entraînement primaire.

En 1939 Il y a fusion entre Boeing Airplane Company et la firme Stearman Aircraft Company


Définition du STEARMAN PT17 :

Cependant, la première arme à manifester un certain intérêt pour l'appareil fut l'US Navy qui, début 1935, passa un marché portant sur la livraison de soixante et un Stearman Model 70, qu'elle rebaptisa NS-1. Ceux-ci furent toutefois équipés d'un moteur différent de celui qui avait été prévu au départ. L'US Navy, possédant en stock un grand nombre de propulseurs en étoile Wright J-5 (R-790- de 225 CV (168 kW), exigea leur installation sur les avions dont elle avait passé commande.
La firme modifia alors la désignation de ces appareils, adoptant celle de Model 73. Le X-70, fourni à l'US Army à des fins d'évaluation, mena des essais qui n'en finissaient plus, mais qui débouchèrent, au début de 1936, sur une commande de vingt-six appareils, baptisés PT-13 (Primary Traîner) dans la nomenclature de l'USAAC. Ces machines, équipées d'un moteur Lycoming R-680-5 de 215 ch (160 kW), furent les premières de la lignée des Stearman Model 75.

La prudente lenteur dont fit montre l'US Army ne signifiait pas que les qualités de l'avion fussent mises en cause. En fait, l'USAAC disposait d'un budget très limité pour financer des projets nouveaux.Non seulement l'armée devait être aussi certaine qu'elle le pouvait de choisir le meilleur appareil, mais elle ne pouvait même pas en commander une série digne de ce nom.
Cependant, la guerre devait bien vite apporter à Boeing des commandes pour des milliers d'exemplaires de ces avions d'entraînement, qui, bien que portant la désignation officielle de Boeing Model 75, furent désignés Stearman 75 tout au long du conflit (le surnom officieux de Kaydet, adopté au Canada, se répandit sous tous les cieux où le Model 75 fut déployé).

Ce biplan biplace aux lignes dépouillées avait une construction mixte, les ailes étant en bois et entoilées, et le reste constitué de tubes d'acier soudés, généralement entoilés.

Le train d'atterrissage fixe possédait une roulette de queue et les atterrisseurs principaux, indépendants, étaient équipés d'amortisseurs hydrauliques comportant des ressorts carénés. Le groupe propulseur varia considérablement tout au long de la production, qui se poursuivit de façon ininterrompue
jusqu'au début de l'année 1945 et dépassa les dix milliers d'exemplaires.

L'USAAC commanda ensuite des PT-13A, dont quatre-vingt-douze furent livrés à partir de 1937 et qui possédaient une instrumentation plus complète, de même qu'un moteur R-680-7 de 220 CV (164 kW). A la fin de l'année 1941, l'USAAF avait reçu deux cent cinquante-cinq exemplaires supplémentaires du PT-13B, doté du moteur R-680-11 et différant des précédents par des aménagements mineurs.
La dénomination de PT-13C fut attribuée, en 1941, à six PT-13A transformés pour le pilotage sans visibilité. La mise en place d'un nouveau propulseur, un Continental R-670-5 de 220 CV (164 kW), aboutit à la nouvelle désignation de PT-17, dont trois mille cinq cent dix-neuf exemplaires furent produits en 1940 pour satisfaire les imposants programmes de formation.Dix-huit PT-17 furent préparés pour le PSV sous l'appellation de PT-17A, trois appareils munis d'un équipement complet de pulvérisation agricole étant baptisés PT-17B.
L'US Navy passa commande d'une première tranche de deux cent cinquante Model 75 pourvus d'un moteur Continental R-670-14 et désignés N2S-1, qui furent suivis par cent vingt-cinq autres machines dotées d'un Lycoming R-680-8 dénommées N2S-2.

Le N2S-3, dont mille huit cent soixante-quinze exemplaires furent assemblés, possédait un Continental R-670-4, et quatre-vingt-dix-neuf PT-17 destinés à l'origine à l'US Army, sans compter les cinq cent soixante-dix-sept appareils identiques achetés par l'US Navy, furent désignés N2S-4.
Pour la première fois en 1942, l'US Army et l'US Navy disposèrent d'une version commune, composée d'une cellule de PT-13A et d'un Lycoming R-680-17, qui devint PT-13D chez l'un et N2S-5 chez l'autre.
Cette version fut la dernière fabriquée sur une grande échelle pour le compte des forces armées américaines, avec trois cent dix-huit exemplaires pour l'US Army et mille quatre cent cinquante pour l'US Navy.

Entre 1940 et 1941, une pénurie de moteurs amena la mise au point de deux nouvelles variantes : les PT-18 et PT-18A. La première, construite à cent cinquante unités, combinait une cellule de PT-13A à un Jacobs R-755-7 de 225 CV (168 kW) ; la seconde, produite à six exemplaires, était en fait une version modifiée de la précédente destinée au pilotage sans visibilité.Le PT-27 fut réalisé à trois cents exemplaires pour les Forces armées canadiennes selon les accords Prêt-Bail, un petit nombre de ces appareils ainsi que de N2S-5 étant livrés à l'US Navy avec une verrière, un chauffage, des instruments complets et une capote pour l'entraînement IFR. En Amérique du Nord, le Stearman Kaydet rappelle les mêmes souvenirs nostalgiques que l'Avro 504 et le Tutor aux Britanniques, et le Bücker aux Allemands.

Lorsqu'ils furent déclarés surplus de guerre, à la fin des hostilités, un grand nombre d'appareils furent cédés à plusieurs nations ou transformés pour le travail agricole.

Fiche technique :

Version : Boeing Model E-75 (N2S-5) biplace d'entraînement primaire (États-Unis)
Moteur : 1 Avco Lycoming R-680-17 en étoile de 220 CV (164 kW)
vitesse maximale : 200 km/h
vitesse de croisière :170 km/h
plafond pratique :3 415 m
distance franchissable : 815km
poids à vide : 878 kg
poids maximal en charge : 1 230 kg
Envergure : 9,80 m
Longueur : 7,63 m
Hauteur : 2,79 m
surface alaire : 27,59 m2



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Article sur le F16 Falcon   Sam 11 Mar - 15:48

F16 FIGHTING FALCON

Le F16 Falcon a était construit par GENERAL DYNAMICS CORPORATION au USA.

Petite définition de General Dynamic :

Appartenant à la Convair Division, puis se sépare de la General Dynamics en juin 1974. Il est responsable de la production à grande échelle de l’avion de combat à géométrie variable F111/FB111 et du F16 General Dynamics, chasseur à suprématie aérienne, pour l’USAF et quelques pays de l’OTAN.

Définition du F16 :

Parmi les meilleurs chasseurs au monde, le F-16 se distingue par sa polyvalence et par une agilité phénoménale due à se commandes de vol électrique et à sa puissance lui conférant un excellent rapport poids poussée.

Issu d'un consortium réunissant les Etats-Unis, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et la Norvège, le F-16 Fighting Falcon est actuellement l'avion de chasse moderne le plus vendu au monde grâce à son coût peu élevé (environ 26 M$) et à ses bonnes performances. Léger et polyvalent, doté d'un radar Doppler efficace, il est adapté aussi bien aux missions d'interception que d'attaque au sol, quelles que soient les conditions météorologiques. La manoeuvrabilité du F-16 lui donne un avantage en combat tournoyant, et son système d'armement est performant. Il est armé d'un canon de 20 mm, ainsi que de deux missiles air-air AIM-9 Sidewinder en bout d'ailes, et peut également emporter une grande diversité d'armement air-air et air-sol.
Depuis sa mise en service, le F-16 Fighting Falcon fait l'objet d'améliorations constantes à travers une profusion de nouvelles variantes. Les dernières versions sont le monoplace F-16E et le biplace F-16F. Israël possède actuellement une version spéciale dénommée F-16I, adaptée du F-16E/F pour utiliser des armes israéliennes. Jusqu'à présent, plus de 4400 exemplaires du F-16 Fighting Falcon ont été construits, dont environ 2000 sont en service dans l'US Air Force.

Contemporain du F-15, le F-16 appartient à une catégorie différente, celle des chasseurs légers polyvalents chargés de combattre notamment les MiG. Cet appareil sortit vainqueur d'un concours organisé en février 1972 auquel participèrent les produits les plus avancés de l'industrie aéronautique américaine. Ayant de grandes capacités au combat air-air et air-sol, cet appareil à un coût relativement faible et des systèmes d'attaques très performants.
Le premier prototype vola le 13 décembre 1973, utilisant les techniques issues de l'aérospatiale. En déplacent d'un angle de 13° à un angle de 30° le siége du pilote, le confort du pilote à été améliorer pour lui permettre d'encaisser plus de G au combat.
Les épreuves de contrôle se poursuivirent jusqu'en janvier 1975; date à laquelle l'USAF avait passé une commande initiale de 11 F-16A monoplaces et de 4 F-16B biplaces. De plus, la Belgique, le Danemark, la Norvège et les Pays-Bas manifestèrent leur intérêt pour cet avion afin de remplacer leurs F-104.
La version définitive du F-16A vola le 8 décembre 1976, et l'USAF commanda 1 388 appareils, la Belgique 116, les Pays-Bas 102, la Norvège 72, Danemark 58, le Canada 130 et l'Australie 75.
Le F-16C effectua son premier vol le 19 juin 1984. Les améliorations apportées au F-16C et F-16D (version biplace) sont nombreuses. Le F-16C Block 50/52, livrés à partir d'octobre 91, est équipés de moteurs améliorés, d'un équipement de radionavigation et d'un système d'armes complètement modernisé.
Le nombre de F-16 est de 400 exemplaires en activités, de 305 dans la Garde Nationale et 60 en réserves. Ils ont effectué plus de 16 500 missions durant la guerre du Golfe, la plus importante participation au conflit.

Une concurrence impitoyable
En 1971, cinq firmes américaines se lancèrent dans un projet concernant un chasseur léger très manoeuvrable. Seules, General Dynamics et Northrop bénéficièrent d'un contrat pour réaliser deux prototypes; le YF-16 et le YF-17. En janvier 1975, l'US Air Force choisissait le YF-16, développé en deux versions le F-16A et F-16B.

Une aubaine industrielle
Le programme de production concernait 67 firmes importantes et plus de 4000 sous-traitants aux Etats-Unis. L'Europe bénéficia aussi de l'engouement international pour cet appareil puisque de nombreuses sociétés alimentèrent en pièces les chaînes d'assemblage installées aux Pays-Bas et en Belgique.
Un appareil à la pointe de la technologie
Le 7 août 1978, le premier F-16A de série prenait l'air. Baptisé par la suite Fighting Falcon, cet appareil a toujours intégré les dernières innovations technologiques, en particulier l'équipement et l'avionique nécessaire aux attaques nocturnes.

Fiche technique :

Version : F-16A Fighting Falcon
Moteur : 1 Pratt & Whitney F100-PW-200
Puissance : 6655 kgp en sec, 10810 kgp en PC
Envergure : 9,44 m
Longueur : 14,52 m
Hauteur au sol : 5 m
Surface alaire : 27,88 m²
Masse à vide : 6865 kg
Masse maximale : 10 055 kg
Plafond pratique : 15 000 m
Rayon d'action : 925 km
Vitesse maximale : 2170 km/h
Equipage : 1 pilote
Armement : 1 canon M61A1de 20 mm
Armement air-air : missiles AIM-9L Sidewinder, missiles AIM-7 Sparrow, missiles AIM-120 AMRAAM, missiles Magic 2, missiles Sky Flash, missiles AIM-132 ASRAAM

Armement air-sol : missiles AGM-65 Maverick, missiles AGM-78, missiles Penguin, bombes Mk 83, bombes Mk 82 Snakeye, bombes Paveway, lances roquettes LAU/3A.


Pays qui l’utilise : Bahreïn, Belgique, Chili, Corée du Sud, Danemark, Egypte, Emirats arabes unis, Etats-Unis, Grèce, Indonésie, Israël, Italie, Jordanie, Norvège, Oman, Pakistan, Pays-bas, Pologne, Portugal, Singapour, Taïwan, Thaïlande, Turquie, Venezuela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Article sur le F18 Hornet   Ven 17 Mar - 14:11

Le F18 HORNET a était construit par MC DONNELL DOUGLAS au USA.

Petite définition de McDonnel Douglas :

Créé le 28 avril 1967 par la fusion de McDonnel et Douglas. Le 23 décembre 1969, il reçoit une commande du chasseur F15 Eagle qui volera le 27 juillet 1972, il produira e, 1978 le chasseur f18 Hornet, et le AV8B Harrier pour l’US Navy et les marines. Le chasseur A4 Skyhawk, les avions de lignes à réacteur DC8 et DC9 et le DC10, premier vol le 29 août 1970, la production se fait à Long Beach et à Palmdale. Au début de l’année 1982 élaboration de la recherche pour le développement du D3300 court et moyen courrier à faible consommation, avec un biréacteur de 150 places, avec une participation internationale. En 1983, l’USAF commandera 44 KC10 citerne. Le C17 gros porteur militaire à grand rayon d’action.

Définition du F18 :

Le F/A-18 Hornet a été le premier appareil embarqué ayant la capacité d'effectuer aussi bien des missions de supériorité aérienne que d'attaque au sol, de suppression de défenses antiaériennes ou de reconnaissance. En effet, les premiers appareils embarqués disposaient d'une capacité d'emport en armement trop limité et d'un rayon d'action trop faible pour combiner plusieurs types de missions. Le Hornet peut emporter une lourde charge offensive ainsi qu'une réserve importante de carburant. Des commandes de vol électriques combinées à un bon rapport poids poussée lui confèrent une excellente manoeuvrabilité. Grâce à ses capacités de chasse et d'autodéfense, il augmente les chances de réussite des missions d'attaque au sol et assiste les F-14 Tomcat dans leurs missions de défense de porte-avions. Le F/A-18 s'est notamment illustré lors de la guerre du Golfe, en opérant à partir de porte-avions. Il est également l'avion de la célèbre patrouille aérienne de démonstration "Blue Angels".

Depuis 2002, une version très améliorée du Hornet, aux capacités étendues, a vu le jour sous la dénomination de F/A-18E/F Super Hornet.

En 1974, l'US Navy décida de remplacer le F-4 Phantom. Une spécification fut émise le 24 Avril 1978 et c'est ainsi que naquit le F-18 hornet, avion de combat perfectionné dont le prototype vola le 18 Novembre 1978. Le 7éme prototype était une version biplace baptisé F/A-18B, l'aménagement du second poste se fit au détriment de 6% de carburant mais surtout il est de 25% plus cher que le monoplace.
Le premier avion de série F-18A effectua son vol en avril 1980.
Le RF-18, version de reconnaissance, vola la première fois le 15 Août 1984, il est équipé d'un système incluant une caméra panoramique et un détecteur à infrarouge.

Les modèles initiaux des Hornet furent remplacés par le F/A-18C (monoplace) et F/A-18D (biplace) dotés d'une avionique modernisée, d'instruments de vol amélioré et par la possibilité d'emporter la nouvelle génération de missiles.

Le F/A-18E/F est la dernière version du Hornet dotée d'une aile de surface de 25% supérieure, d'un fuselage allongé, et d'une capacité de carburant accrue, augmentant le rayon d'action de 38%. Et le premier escadron de Super Hornet devrait voler vers 2001.
Une autre version proposée par McDonnel Douglas, EF-18, devrait remplacer les EA-6B Prowler. Il nécessitera peu de modifications structurelles par rapport au Super Hornet.
Durant la guerre du Golfe, en 1991, 6 escadrons de F/A-18A/C ont été déployés. Ils ont effectués plus de 4 600 sorties pour 8 864 heures de vol sans pertes.

Le choix de l'US Navy

C'est en 1974 que l'US Navy se pencha de plus près sur le YF-17, qui avait été abandonné au profit du futur F-16 par l'US Air Force dans le cadre d'un projet de chasseur léger, et qui donna le F-18. En effet l'US Navy estimait que cet appareil correspondait mieux à ses besoins et demanda donc à Northrop, qui s'associa pour l'occasion à McDonnel Douglas, de commencer à produire deux prototypes.
Produit sur une grande échelle

Au printemps 1980, l'US Navy prit en compte ses premiers exemplaires de série du F/A-18, qui pouvait mener à bien des missions de chasse comme d'attaque. Puis vint de nouvelles versions comme le F/A-18C, disposant d'une avionique et d'instruments de vol améliorés, d'un nouveau moteur, et de nouveaux pilonnes d'emport de charges (le F/A-18D est la version biplace de celui çi, équipée d'un FLIR pour les missions de nuit). Enfin, les toutes dernières versions, les F/A-18E et F, disposent d'un nouveau radar et de 11 points d'ancrage.
Au total, plus de 1400 appareils ont été produits.

Appareil incontournable de l'US Navy et de l'US Marine Corps, le F/A-18 constitue aujourd'hui le type même de l'avion embarqué parfaitement polyvalant. Capable de larguer ses bombes sur n'importe quel objectif puis d'aller intercepter n'importe quel appareil ennemi ensuite, le F/A-18 n'a, à ce jour, aucun remplacant de prévu et constituera le fleuron de l'US Navy et de l'US Marine Corps pendant encore longtemps.

Fiche technique :

Version : F/A-18C Hornet
Moteurs : 2 General Electric F404-GE-400
Puissance : 2x 7255 kgp
Envergure : 12,31 m
Longueur : 17,07 m
Hauteur au sol : 4,66 m
Surface alaire : 37 m²
Masse à vide : 10 453 kg
Masse maximale : 25 400 kg
Plafond pratique : 15 000 m
Vitesse maxi : Mach 1,8
Dist. franchissable : 2130 km
Rayon d'action : 1065 km
Vitesse maximale : 1915 km/h
Equipage : 1 pilote
Armement : 1 canon de 20 mm
Armement air-air : missiles AIM-7 Sparrow
Armement air-sol : missiles AGM-65 Maverick

Pays qui l’utilise : Australie, Canada, Espagne, Etats-Unis, Finlande, Koweït, Malaisie, Suisse.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Article sur le F22 RAPTOR   Mar 28 Mar - 12:57

Le F22 RAPTOR a était construit par LOCKHEED au USA.

Petite définition de Lockheed :

Créé dans les années 1920 à partir des reste de la compagnie Loughead Aircraft des frères Allan et Malcolm Loughhead qui fit faillite quatre ans plus tôt, la société refit faillite mais en 1932, Robert Gross (qui était un financier) racheta l'entreprise et garda le nom de Lockheed. Puis, en 1934 les frères Loughead modifièrent leurs noms en Lockheed et Allan réintégra la compagnie jusqu'en 1969 (date de sa mort). le siège social se trouve à Bethesda dans le Maryland. Aujourd'hui, la compagnie se nomme Lockheed Martin Corporation depuis 1995 avec la fusion avec la compagnie Martin Marietta.

Définition du F22 :

Au début des années 1980, pendant la guerre froide, l'administration du président Ronald Reagan commença les travaux sur le programme ATF (Advanced Tactical Fighter ) ce programme ayant pour but de remplacer le F-15. En septembre 1985, sept constructeurs d'avions ont été contactés par l'USAF. Mais dès 1986 le Pentagone réduisit le nombre à deux groupe. D'un côté Lockheed (qui était associé à General Dynamics et Boeing) et de l'autre Northrop (associé à McDonnell Douglas).
Les deux projets furent nommés respectivement YF-22 et Northrop YF-23 Black Window . Le premier ressemblait à un F-15 Eagle évolué alors que le second était proche du Lockheed SR-71 Blackbird. Le projet de Lockheed fut alors préféré.

En octobre 1986, deux prototypes furent commandés : un exemplaire propulsé par deux turboréacteurs couplés General Electric YFl2O-GE-100 et l'autre par deux turboréacteurs Pratt & Whitney YF119-PW-100. Ces deux types de moteur offraient une poussée à sec suffisante pour soutenir une vitesse de croisière de l'ordre de Mach 1,5. Le premier prototype vola le 29 septembre 1990 et le second suivit le 30 octobre 1990. Le prototype gardé fut celui doté du moteur F119 après les 91 heures de vol effectués en soixante-quatorze sorties d'essai.
L'USAF passa alors commande de 451 F-22 dont 60 biplaces d'entraînement, la livraison devant commencer en 1998 et finir en 2009. Mais le programme a pris du retard. En effet, le premier modèle de série ne fut livré que le 13 janvier 2003 et, devant l'augmentation des coûts, l'USAF réduisit le nombre d'exemplaires à acquérir à 442, à 339, à 277 puis décida en avril 2005 de se limiter à 180 exemplaires pour un coup total du programme (recherche et développement inclus) qui frôle les 70 milliard de $. Des détracteurs disent que construire un tel avion n'est pas utile étant donné la période géopolitique actuelle dans laquelle les États-Unis sont déjà la super-puissance sans adversaire tel que l'URSS. Le premier escadron fut opérationnel le 23 octobre 2004 et le premier accident eut lieu le 20 décembre 2004 pendant un atterrissage, le pilote ayant pu s'éjecter de l'appareil

Initialement nommé F-22, la désignation du Raptor a été changée en F/A-22 en septembre 2002 par l'US Air Force afin de mieux refléter sa polyvalence. Relativement furtif et très agile, il intègre une avionique hautement sophistiquée et possède des réacteurs particulièrement performants. Ceux-ci sont à poussée vectorielle, augmentant ainsi considérablement la manoeuvrabilité de l'appareil. Ils permettent également d'évoluer à une vitesse de croisière supersonique tout en maintenant une faible consommation en carburant, ce qui confère au Raptor un rayon d'action important. Pour assurer la furtivité de l'appareil et augmenter son aérodynamisme, toute la charge offensive peut être contenue dans une soute interne, et non fixée sous les ailes.

Le F/A-22 Raptor possède de nombreux atouts par rapport aux autres chasseurs de la 4e génération, tels que l'Eurofighter, le Gripen et le Rafale. Mais il est peu probable qu'il soit jamais exporté: d'une part son coût très élevé (environ 260 millions de dollars) semble être un handicap insurmontable, d'autre part les Etats-Unis ne sont pas disposés à révéler les technologies de pointe utilisées sur cet avion avant longtemps. Le gouvernement américain se rend en effet compte que, depuis la fin de la Guerre Froide, la possession d'une flotte importante de chasseurs d'une technologie aussi avancée n'est plus justifiée, l'ennemi ayant aujourd'hui changé de nature.

Fiche technique :

Version : F/A-22A Raptor
Moteurs : 2 Pratt & Whitney F-119-PW-100
Puissance : 2x 15 800 kgp
Envergure : 13,56 m
Longueur : 18,20 m
Hauteur au sol : 5 m
Surface alaire : 78,04 m²
Masse à vide : 14 061 kg
Masse maximale : 27 200 kg
Plafond pratique : 16 000 m
Rayon d'action : 1500 km
Vitesse maximale : Mach 1,70
Equipage : 1 pilote

Armement :

1 canon Vulcan M61A2 de 20 mm

Armement air-air : missiles AIM-9X, missiles AIM-120 AMRAAM
Armement air-sol : missiles AGM-88, missiles AGM-84, bombes GBU-32




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Article sur le Mirage 2000   Mar 2 Mai - 19:11

Et voici le nouvel article comme promis.

Le MIRAGE 2000

Le MIRAGE 2000 a était construit par DASSAULT en FRANCE

Définition du MIRAGE 2000 :

Le Mirage 2000 présente des similitudes apparentes avec les Mirage III et V - voilure delta et configuration monomoteur - mais c'est un appareil entièrement nouveau. Doté de petits plans canards et de commandes de vol électriques, il fait preuve d'une bonne maniabilité, et son radar Doppler à impulsions est performant. Conçu au départ uniquement pour la supériorité aérienne, le Mirage 2000 a été modernisé et rendu plus polyvalent grâce à des versions améliorées successives. La version N, biplace, a pour mission la pénétration nucléaire à basse altitude et grande vitesse, la version D est prévue pour l'attaque tous temps et la version E est destinée à l'export.

La dernière version, le Mirage 2000-5, est beaucoup plus polyvalente que les premières versions et sa technologie récente en fait presque un avion de la 4ème génération. Le Mirage 2000-5 est capable d'effectuer notamment des missions de défense aérienne, de frappes air-sol avec armements conventionnels et armements de précision, de frappes en profondeur avec missiles tirés à distance de sécurité... Le Mirage 2000-9, dont plusieurs dizaines d'exemplaires ont été commandés par les Emirats arabes unis, est une version dérivée du Mirage 2000-5 Mk.2. A l'heure actuelle, plus de 530 Mirage 2000 toutes variantes confondues ont été produits.

Conception :

Lancé en 1972, le Mirage 2000 est à l'origine un projet interne du constructeur français Dassault Aviation pour remplacer les Mirage F1, les Mirage III et les Jaguar.
Il va progressivement remplacer le projet officiel ACF de l'armée de l'air, jugé trop coûteux. Le cahier des charges du gouvernement français imposait la conception d'un nouvel avion de chasse capable d'évoluer entre Mach 2,45 et Mach 3, à un plafond compris entre 22 700 et 24 400 mètres d'altitude et se devant, bien entendu, d'embarquer les équipements les plus évolués.

Une première série de quatre prototype fut commandé en 1976 et le premier vol du Mirage 2000 eut lieu le 10 mars 1978. Ce vol fut un succès, hormis les quelques problèmes dus au radar. Le radar d'origine, un RDI (Radar Doppler à Impulsions) semblable à l'APG-63 équipant les F-15, s'avéra finalement difficile à mettre au point ; il fut donc remplacé par un RDM (Radar Doppler Multimode, équivalent à celui embarqué sur les F-16. Le vol du premier avion de série eut lieu le 20 novembre 1982 à Bordeaux-Mérignac et les premiers appareils furent ensuite livrés à l'Armée de l'Air en 1983, jusqu'à ce qu'il fût officiellement déclaré opérationnel en 1984. Plus de 600 exemplaires sont en service ou en commande.

Pays utilisateurs : ( nombres d’appareils que possède le pays)

Brésil (12), Egypte (16), Emirats arabes unis (34), France(500), Grèce (36), Inde (42), Pérou (12), Qatar (5), Taïwan (60).


Fiche technique :

Version : Mirage 2000 C
Moteur : 1 Snecma M53-P2
Puissance : 7600 kgp en sec, 9700 kgp en PC
Envergure : 9,10 m
Longueur : 14,60 m
Hauteur au sol : 5,20 m
Surface alaire : 42 m²
Masse à vide : 7500 kg
Masse maximale : 17 000 kg
Plafond pratique : 18 000 m
Dist. franchissable : 1500 km
Vitesse maximale : 2495 km/h
Equipage : 1 pilote

Armement : 2 canons Giat DEFA 554 de 30 mm
Armement air-air : missiles MICA, missiles R550 Magic 2, missiles Super 530

Armement air-sol : bombes antipistes Durandal, bombes antipistes Belouga, bombes antipistes BAP 100, bombes BGL 400, bombes BM 40, missiles Armat, missiles Apache, missiles Scalp, missiles AS30L, missiles AM39 Exocet, missile nucléaire ASMP




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Articles sur le MIG29   Sam 20 Mai - 9:04

Le MIG 29 FULCRUM a était construit en RUSSIE.

Définition du MIG 29

Entré en service au milieu des années 1980, le MIG29 est l’un des chasseurs russes moderne les plus fabriqués. Conçu pour la supériorité aérienne de nuit et par tous les temps, il est comparable au F15 EAGLES mais lui est supérieur sous plusieurs aspects. Le FULCRUM bénéficie d’une excellente manoeuvrabilité, bien qu’il ne soit pas doté de commande de vol électriques. Les premières versions souffraient en revanche d’un certain retard de leur avionique par rapport a l’équipement du F15. Le MIG29 peut également frapper des cibles aux sols lorsque les conditions de visibilités sont bonnes. Cet appareil a été exporté en grand nombre vers des pays de l’ancien Pacte de Varsovie. De nombreuses variantes du MIG29 existent dont les principales sont les MIG29K, version embarquées doté d’un armement air-sol plus perfectionné, le MIG29M ( connu sous le nom de MIG33 depuis 1996) qui intègre une électronique, un radar et un cockpit beaucoup plus récent, et le MIG29UB, un biplace consacré à l’entraînement.

Historique :

Le Mikoyan-Gourevitch MiG-29 (surnommé Fulcrum) est un avion de chasse de suprématie aérienne soviétique. Il fut développé au début des années 1970,son 1er vol eut lieu le 6 octobre 1977, il est rentré en service dans l'armée soviétique en 1983 et est utilisé encore aujourd'hui par l'armée de l'air russe ou de nombreux autres pays par son exportation importante. Plus de 1 100 exemplaires ont été construits jusqu'a présent.

Conception :

En 1969, pendant la guerre froide, l'USAF commencent les programmes d'avions comme le F-15 et le F-16, alors que dans le même temps, les avions soviétiques MiG-21, MiG-23, Soukhoï Su-15 et Soukhoï Su-17 sont en fin de service. L'URSS décide donc de lancer le programme du Su-27 pour contrer le F-15 et le F-14, mais cet appareil ne peut servir en grand nombre, à cause de son prix. Le programme du MiG-29 est alors lancé pour équiper l'aviation du front soviétique avec un chasseur léger de supériorité aérienne de la nouvelle génération mais plus rustique.
Les États-Unis apprirent l'existence de cet appareil grâce à l'un de leur satellite espion qui passait au-dessus du centre d'essais russe, ils donnèrent au MiG-29 la nomination « RAM-L » qui deviendra par la suite « Fulcrum ». Ce n'est qu'en juillet 1986 que l'occident a pu apercevoir de plus près cet appareil, suite à une visite faite par une escadrille de MiG-29 russes en Finlande. C'est à ce moment là que l'USAF connut véritablement le MiG-29 et put le différencier des autres modèles de Mikoyan ou de Soukhoï. L'USAF sut alors que c'était le futur avion à contrer. Il était considéré comme si dangereux que les États-Unis en achetèrent à des prix extrêmement élevés, ceux qui devaient être vendus à l'Iran par la Moldavie. En effet, les États-Unis pensaient qu'il pouvaient embarquer une bombe nucléaire.

Le MiG-29 est un excellent chasseur puisqu'il a une signature radar très faible, il peut effectuer des virages très serrés malgré l'absence de commandes de vol électriques assistées par ordinateur. Son principal défaut est son autonomie, il peut seulement protéger les frontières, c'est un avion de défense de territoire et non d'attaque, cependant ce défaut est en partie compensé par le fait qu'il peut opérer très près de la ligne de front sur des terrains très sommairement aménagés en herbe grâce à ses entrées d'air obturables et ses pneus à basse pression. Les variantes récentes lui ont donné plus de polyvalence en améliorant ses capacités air-sol, faisant de lui un véritable équivalent du F-16.

Engagements :

Il a été engagé lors de la Guerre du Koweït (1990-1991) en 1991, au dessus de la Serbie et pendant le conflit Éthiopie-Érythrée en 1999. Une douzaine on été abattus sans aucune victoire en contre partie. Certains y voient le signe révélateur des faiblesses de l'avion, il semble plus raisonnable d'attribuer ces échecs, au manque d'entraînement des pilotes et à l'absence de tout support lors des engagements, les deux premiers ayant de plus été accomplis face à une supériorité numérique et tactique écrasante.

Il est très vraisemblable qu'un MiG-29, aux mains d'un bon pilote et bien motivé, soit un adversaire extrêmement redoutable.

Fiche technique :

Version : MIG 29 FULCRUM
Moteurs : 2 Klimov / Sarkisov RD33
Puissance : 2X5000 kgp en sec, 2X8300 kgp en pc
Envergure : 11.36 m
Longueur : 17.32 m
Hauteur au sol : 4.73 m
Surface alaire : 38 m²
Masse à vide : 10 900 kg
Masse maximale : 18 500 kg
Plafond pratique : 17 000m
Dist. franchissable : 1 500 km
Vitesse maximale : Mach 2.30
Equipage : 1 pilote

Armement : 1 canon GCh-301de 30 mm
Armement air-air : missiles R-27, missiles R-60, missiles R-73, missiles R-77

Armement air-sol : missiles Kh25ML/MP, missiles Kh-29L/t, missiles Kh31A/P

Pays utilisateurs :

Algérie, Allemagne, Angola, Bangladesh, Bulgarie, Bélarus, Chine, Corée du Nord, Cuba, Ethiopie, Ex- Yougoslavie, Hongrie, Inde, Irak, Iran, Malaisie, Moldavie, Pologne, Pérou, Roumanie, Russie, Slovaquie, Soudan, Syrie, Ukraine, Yémen.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
matrix1998
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 34
Localisation : dans les bras de harminou
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Article sur le P3 ORION   Mar 4 Juil - 10:52

Et oui je sais ça fait longtemps que je n'ai pas mis d'article mais je vais rélger se problème en vous en offrant un tout de suite.

Le P3 ORION a était construit au USA

Définition du p3 ORION :

Au début des années 1950, la Navy commande à Lockheed le développement d'un appareil chargé de remplacer le P-2 Neptune. Basé au sol, le P-3 Orion réalise des missions de surveillance et de lutte anti sous-marine (ou ASW: Anti-Submarine Warfare).

Le P-3 Orion est équipé de capteurs pour la lutte anti sous-marine capables de détecter les périscopes et objectifs de petite taille, de permettre la navigation, le contrôle météo et les recherches longues distances. Il permet ainsi la détection, l'identification et la classification des objectifs stationnaires, de surface et sous marins. Pour sa propre protection, l'Orion est équipé d'un système de détection de missile couplé à des contre mesures électroniques. Les missions de patrouille sont généralement longues et peuvent durer jusqu'à 14 heures.

La capacité d'emport du P-3 Orion est de l'ordre de 9 tonnes, lui permettant le chargement de missiles AGM-84D Harpoon, AGM-84E SLAM, AGM-65 Maverick, torpilles MK-46/50, roquettes, mines, bombes de profondeur, sondes et sonars immergés, etc. A noter que 87 sonars immergés peuvent être emportés ainsi 8 charges de profondeur de type conventionnelles ou nucléaires. L'armement peut être embarqué en interne (soute ou lanceurs) ou sous 10 points d'emport sous les ailes.

Au cours des années 1990, ses prérogatives le destinent également à la surveillance du champ de bataille, aussi bien maritime que terrestre. Il servit ainsi au renseignement des troupes de Marines pendant l'opération "Iraqi Freedom".
Une version P-3A EW&C est également exploitée par l'US Customs (Douanes) pour lutter contre le trafic de drogue. L'EP-3E Aries conduit quant à lui des missions de détection de navires, équipé d'un radôme et d'antennes spécifiques.

Les P-3 Orion se sont ainsi distingués aussi pendant la crise des missiles de Cuba en 1962, et plus récemment en Somalie en protégeant l'ambassade américaine ainsi qu'au Rwanda en participant à la protection des réfugiés. Pendant l'opération "Desert Storm", les Orion opérèrent 12 000 heures de vol lors de 1200 missions.

Le P-3 Orion a bénéficié de très nombreuses mises à niveau depuis son entrée en service en 1962, l'une des améliorations les plus importantes étant la version P-3C, livrée à partir de 1969. La production de l'Orion a toutefois été définitivement arrêtée en avril 1990, après que plus de 700 exemplaires aient été construits et employés par une quinzaine de pays. Les derniers appareils resteront en service jusqu'en 2012-2013, remplacés à terme par le P-8 MMA (Multimission Maritime Aircraft).

Le P-3 Orion est dérivé du quadrimoteur à turbopropulseur commercial Electra, et remplace le Neptune. A partir du premier prototype, obtenu en 1958 en modifiant la cellule du troisième exemplaire civil, fut développé un second prototype, qui devint avion expérimental définitif et vola le 25 novembre 1959.

La production, qui à la fin de 1976 avait atteint 446 exemplaires, se répartit en plusieurs versions bases: le P-3A initial pour l'US Navy, de 1961, en service à la fin d'août 1962; le P-3B, modifié au niveau des moteurs, toujours pour la marine américaine; le P-3C, doté d'un équipement électronique très évolué (premier vol du prototype le 18 septembre 1968), opérationnel dès 1969.
L'US Navy reçut au total 286 P-3A et P-3B et 132 P-3C. Le reste de la production fut acheté par la Nouvelle-Zélande, l'Australie, la Norvège, le Canada et l'Iran.

Fiche technique :

Version : P-3C Orion
Moteurs : 4 Allison T-56-A-14
Puissance : 4x 4900 cv
Envergure : 30,36 m
Longueur : 35,57 m
Hauteur au sol : 10,27 m
Surface alaire : 120,80 m²
Masse à vide : 27 900 kg
Masse maximale : 62 000 kg
Plafond pratique : 8600 m
Dist. franchissable : 9000 km
Vitesse maximale : 745 km/h
Equipage : 5 à 21 membres
Armement : 2 missiles AGM-84 Harpoon, 2 missiles AGM-65 Maverick, 16 torpilles Mk 46/50, 2 mines de 907 kg, 3 mines de 453 kg, 8 bombes Mk 54, 3 bombes Mk 57, 2 bombes Mk 101


Pays qui l’utilise : Australie, Brésil, Canada, Chili, Corée du Sud, Espagne, Etats-Unis, Grèce, Iran, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-bas, Portugal.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/matrix199857
Chascaa
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 93
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Articles sur les avions   Lun 20 Aoû - 20:59

Bon, je ne savais pas trop où mettre cela, donc je pense que le mettre avec les avions est correct.
Voilà, une photo d'un Tomcat que j'ai prise lors de ma visite de l'USS Midway en Mai, porte-avion-musée stationné à San Diego!
J'ai beaucoup pensé à vous d'ailleurs!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dragonfly
Modéré
Modéré
avatar

Nombre de messages : 466
Age : 30
Localisation : La tête sous l'oreiller
Humeur : Student bio-ingénieur
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: Articles sur les avions   Mar 21 Aoû - 10:08

Trop beau Chascaa. Merci pour la photo

T'as du faire une super visite ce jour là Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sedb
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 18424
Age : 29
Date d'inscription : 08/10/2006

MessageSujet: Re: Articles sur les avions   Ven 24 Aoû - 17:01

Wouah, merci beaucoup...

_________________
Sedb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles sur les avions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles sur les avions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE PORTE-AVIONS "GRAF ZEPPELIN"
» Articles sur les services en ligne personnalisés
» Le porte-Avions Karel Doorman en 1960
» Articles, reportages etc... sur les enjeux actuels
» Pleins d'Articles de bébés, enfants et garderie, pouponbus..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur David James Elliott, sa vie, sa carrière :: Coin terrasse :: Les passions-
Sauter vers: